Stéphanie Ferrété
Naturopathe à Montauroux

Lors de l’article précédent nous avons vu succintctement ce qu’est l’iridologie et ce que représente le système nerveux. Nous allons maintenant passer à l’observation de l’iris et voir quelques éléments d’observation de l’état du système nerveux dans l’iris.

La collerette

Regardons dans un miroir, ou si vous disposez d’un appareil photo équipé d’un objectif macro, de prendre votre irisen photo en veillant à éviter les reflets qui perturbent la vision de détail.

 

Ce que nous appelons colerette la collerette c’est ce qui forme un cercle normalement visible entre la pupille et le bord externe de votre colerette.La collerette doit être visible de manière régulière sur tout le tour

Irritabilité, tempérament volcanique

La collerette est très visible et/ou marquée par un liseré coloré sur son pourtour. Dans ce cas le système sympathique est très sollicité. Il consomme nettement plus d’énergie que les autres systèmes et il demande plus de sucre pour fonctionner.

 

D’un point de vu psychologie nous avons affaire à une personne avec un tempérament volcanique, plutôt irritable.

Fatigue intense

Au contraire, la collerette est peu marquée. Elle est même difficile de la voir. Dans ce cas le système nerveux sympathique est épuisé et il ne permet pas de mobiliser les réserves énergétiques de l’organisme.

Nous avons alors affaire à une personne dont la fatigue peut masquer un état pathologique. La prise en charge sérieuse de la personne est indispensable et le concours du médecin et des examens cliniques approfondis viendront corroborer l’observation faite.

La forme de la pupille

La pupille est le cercle noir. A l’intérieur de ce cercle on peut voir comme un ourlet de couleur rouge ou brun, cependant il est difficile voire impossible de le voir à l’œil nu. Cet ourlet est un signe de vitalité. Il reflète l’état du système parasympathique. Un ourlet avec une couleur rouge-brun indique une bonne vitalité et une bonne capacité de récupération. Au contraire, l’absence de cet ourlet ou un ourlet atrophié montre que le système parasympathique est épuisé. Cela se traduit par un abattement, de la déprime.

Je tiens cependant à préciser qu’il est indispensable de mettre ces observations en parallèle avec les observations du système nerveux sympathique.

La pupille nous apporte aussi d’autres indicateurs. On observe sa forme, sa taille et son positionnement dans l’œil. La pupille doit être ronde et centrée, voire légèrement excentrée vers le centre. Sa taille doit être 1/3 par rapport à la partie colorée de l’œil.

Les signes particuliers

D’autres signes liés au système nerveux peuvent être observés. Il s’agit des radii solaris et des anneaux de crampes.

Les radii solaris

Les radii solaris ou rayons solaires sont les traits noirs partant de la pupille jusqu’à la partie extérieur de l’iris. Ils indiquent le fonctionnement de l’influx nerveux parcourant la colonne vertébrale et en fonction de leur localité nous pouvons identifier l’organe qui est impacté. Lorsqu’ils sont situés sur le haut de l’œil, comme ici, Jausas les a nommé le « trident cérébral » et ils indiquent une prédisposition à des troubles du comportement manifestés par des difficultés psycho-émotionnelles.

Ce « trident » est également observé chez des personnes qui ont eu à un moment de leur vie ce type de manifestation

Les anneaux de crampe

Les anneaux de crampe ou anneaux de spasme font partie de la structure de l’iris. Lorsqu’ils sont très marqués nous pouvons les observer à l’œil nu. Ils apparaissent sous l’alternance de la contraction exagérée à la fois du système nerveux sympathique 

et du système nerveux parasympathique. Une alternance répétée de contraction et de relâchement de l’iris entraine des « plis » comme des rides.

Ici il s’agit d’une hyper-sollicitation chronique du système nerveux avec des tentatives soutenue de s’adapter. Cette adaptation ne pouvant perdurer dans le temps, elle se transforme en désadaptation avec des effets néfastes à long terme.

Conclusion

L’observation de l’iris peut se faire par chacun d’entre nous, cependant son interprétation reste précise et relève de l’iridologue. Pour autant, ces quelques signes visibles à l’œil nu vous permettent d’identifier une partie de votre terrain et de déterminer si vous avez des prédispositions au stress, ainsi que la manière dont vous arrivez à le gérer.

A partir de ces observations, l’iridologue vous propose un accompagnement de terrain pour vous permettre de mieux gérer votre stress.

Stéphanie La Santé Naturelle


Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.