Naturopathie

Le rhume est déjà une plaie pour toute personne, mais lorsque vous avez un nourrisson à la maison et que vous allaitez, c’est pire. Cette situation peut vite devenir catastrophique avec la contamination de bébé, mais en plus le rhume peut dégénérer en bronchiolite chez les nourrissons. Autant d’arguments pour prendre les choses en mains dès les premiers symptômes. Faisons un tour d’horizons sur les bons gestes adopter et bien-sûr, en santé naturelle

Le rhume qu’est-ce que c’est ?

Nous parlons du rhume, il me parait alors important de lever des interrogations sur le sujet. Un proverbe populaire dit : « Un rhume traité dure une semaine, un rhume que l'on ne traite pas dure sept jours ». Ceci veut simplement dire qu’il est inutile de se ruer chez le médecin aux premiers éternuements. Le rhume passe tout seul au bout d’une semaine pour les personnes en bonne santé. Le rhume est un virus qui se propage dans les gouttelettes de mucus buccal et nasale. 

Par définition il est alors inutile de prendre des antibiotiques. Le virus survit également sur les surfaces telles que poignées de porte, couverts, dossiers de chaises… Il vous appartient alors de faire attention pour éviter de contaminer votre enfant.

Les mesures d’hygiène

Vous vous laviez déjà les mains souvent avec un bébé à la maison ? Et bien avec un rhume, il va vous falloir vous laver les mains à chaque fois que vous touchez votre nez ou votre bouche et à chaque fois que vous vous mouchez ou éternuez. Une solution efficace consiste aussi dans le passage de vos mains au gel hydro-alcoolique. Je vous propose ici une recette naturelle à faire soi-même ou utiliser une goutte d’huile essentielle de lavande vraie qui outre ses propriétés antiseptique répare également les tissus. Vos mains vous diront merci.

Et la préoccupation la plus difficile à mettre en place, c’est de ne plus faire de bisous à bébé sur le visage ni les mains. Oui, c’est indispensable. Donc lorsque vous allaitez, il faut impérativement vous laver les mains avant de prendre bébé et mettre du gel hydro-alcoolique à côté de vous ou avoir votre flacon de lavande vraie à proximité.

Veillez également à utiliser des mouchoirs à usage unique et les jeter sans attendre ni les stocker sur la table de la cuisine une fois usagers.

Les mesures alimentaires

L’hygiène semble évidente quand on le dit, mais pensez-vous à votre hygiène alimentaire ? Lorsque l’on allaite, nous sommes déjà préoccupées par notre hygiène alimentaire. Pour en savoir plus, consultez l’article ici. Mais lorsque nous avons un rhume, ce n’est pas si évident de penser à son alimentation.

Quand le corps est attaqué par un virus ou une bactérie, le système de défense de l’organisme met tout en œuvre pour le combattre. Il n’est donc plus concentré principalement sur le système digestif. Il devient donc important d’alléger son système digestif pour favoriser les défenses immunitaires contre le virus.

Il conviendra de manger principalement des soupes de légumes, des bouillons avec éventuellement du riz car c’est une céréale très digeste, puis des poissons gras pour favoriser la communication cellulaire. Les assaisonnements seront principalement composés d’huile d’olive. Oubliez la viande, les pâtes, le pain, les produits laitiers. Votre alimentation doit être légère et chaude, pour aider le foie à faire son travail. Orientez-vous également vers les fruits rouges, les baies de cassis, de canneberge, de myrtilles et la grenade pour stimuler le système immunitaire.

Pour finir, buvez 2 litres à 3 litre d’eau par jour, mais de l’eau de qualité, filtrée de préférence

Pourquoi se soigner au naturelle malgré tout ?

On l’a vu, le rhume se guérit tout seul. Il n’est pas nécessaire de le traiter. Alors pourquoi parler des remèdes ? Et bien, à force de tousser et de se moucher le rhume provoque des lésions dans les muqueuses et ouvre une brèche dans la barrière que forment ces muqueuses. C’est ce qui peut provoquer une infection bactérienne. Un rhume qui dure plus d’une semaine, qui évolue en écoulements de couleur jaune puis vert est le signe de cette évolution en infection. C’est alors que peuvent survenir les otites chez les enfants et les sinusites et bronchites chez les adultes. C’est la raison pour laquelle il est important de se soigner au naturel dès les premiers symptômes du rhume

Les solutions santé naturelle contre le rhume

En préventif, je vous conseille de prendre du pépin de pamplemousse dès le début de l’hiver. Cet extrait de pépin de pamplemousse a d’immenses vertus et notamment celle de renforcer le système immunitaire. Egalement utiliser une goutte d’huile essentielle de ravintsara dans ½ cuillère à café d’huile végétale et appliquer sur chaque poignet et derrière les oreilles lorsque vous êtes en contact avec des personnes infectées. Cette huile essentielle compatible avec la grossesse, l’allaitement et les enfants est un antiviral puissant. Pour finir, une complémentation en vitamine D à raison de 4 gouttes par jour pour toute personne à terrain fragilisé et ne s’exposant pas au soleil.

Dès les premiers symptômes du rhume (le nez qui se bouche, la gorge qui gonfle, la gorge qui démange…) :

  • huile essentielle de ravintsara en sublingual pour qu’elle profite aussi à bébé dans le cadre de l’allaitement ;
  • Si la gorge démange : huile essentielle d’eucalyptus radiata ;
  • Si la toux devient grasse : huile essentielle de tea tree ;
  • En homéopathie : Coryzalia de chez Boiron ou pour les puristes : Allium cepa 4CH ;
  • Pour apaiser les démangeaisons de la gorge : pastilles de propolis ;
  • Pour le nez bouché, réaliser un stick inhalateur d’huiles essentielles de ravintsara, menthe poivrée, tea tree, niaouli ou utiliser l’Aromastick nez de chez Pranarom ;

Précaution d’utilisation : les huiles essentielles et l’homéopathie sont antagonistes et à utiliser à des moments différents pour ne pas en annihiler leurs effets respectifs.

Quand consulter un médecin ?

Une consultation médicale est nécessaire dans les cas suivants :

  • Une fièvre élevée (supérieure à 38.5°C) ;
  • Des douleurs d’oreille, au niveau des yeux, du front et/ou des joues ;
  • De violents maux de tête ;
  • Apparition d’une gêne respiratoire, d’une toux rauque ;
  • Apparition de signes d’allergie ;
  • Ecoulement nasale d’une seule narine
  • Persistance des symptômes au-delà de 10 jours.

Mise en garde : ces conseils ne sont pas une prescription médicale et nécessitent l’avis d’un professionnel formé à la naturopathie pour être appliqués avec les posologies adéquates à chaque consultant


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.